/*

Lutter contre la somnolence au volant : la lumière bleue aussi efficace que le café

Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Lutter contre la somnolence au volant : la lumière bleue aussi efficace que le café

Lundi 12 Novembre 2012 – Déjà utilisée dans les années 90 de façon empirique afin de lutter contre l’éblouissement, la petite lumière bleue revient, parée d’autres vertus.
Depuis 2005, l’effet de la lumière bleue sur la vigilance nocturne est connu mais cette efficacité n’avait jamais été appliquée à la conduite automobile.
Une étude menée par des chercheurs de l’université de Bordeaux Segalen/ CNRS en coopération avec des scientifiques suédois a montré qu’un halo de lumière bleue dirigé sur le conducteur d’un véhicule serait aussi efficace que le café pour lutter contre la somnolence au volant et cela en augmentant la vigilance des cellules nerveuses spéciales de la rétine qui induisent l’arrêt de la sécrétion de la mélatonine, hormone impliquée dans le sommeil.

la somnolence est responsable d’un accident sur trois sur les autoroutes.

Responsable de nombreux accidents sur les routes particulièrement la nuit, la somnolence au volant est induite par une privation de sommeil. Elle diminue la vigilance du conducteur, ses réflexes et sa perception visuelle. La mesure préventive la plus populaire pour contrer le phénomène est actuellement de consommer du café. Or, non seulement le conducteur est alors obligé de s’arrêter mais, et surtout, il peut le faire trop tard.
Les scientifiques ont testé, dans des situations de conduite réelles, l’efficacité comparée de la lumière bleue et du café.
48 conducteurs masculins volontaires, relativement jeunes (33,2 ans en moyenne) ont effectué, chacun, trois trajets de 400 kilomètres sur autoroute entre 01h00 et 05h15 du matin, lors de trois nuits distinctes et espacées de plus d’une semaine:

  • Dans un cas, les conducteurs avaient bu deux tasses de café, contenant 200 mg de caféine,
  • Dans un autre, deux tasses de café décaféiné tenant lieu de placebo
  • dans un troisième cas les conducteurs étaient plongés dans une lumière bleue continue, émise par une lampe de type led, fixée au tableau de bord.

Pour évaluer la baisse de vigilance, les scientifiques ont pris en compte les franchissements “involontaires” de lignes blanches, enregistrés par des capteurs électroniques embarqués. Il s’est avéré que le nombre de franchissements involontaires de la ligne blanche était :

  • 15 franchissements avec un halo bleu
  • 13 franchissements avec un café
  • 26 franchissements Avec une boisson sans caféine

Mais l’étude – objet d’une publication dans la revue scientifique en ligne PLoS One – a montré que certains conducteurs ne supportent pas la lumière bleue. Dans 17 % des cas en effet, les chauffeurs éblouis par les leds n’ont pas pu effectuer le test. Un débouché évident serait la mise au point d’un système anti-somnolence embarqué, utilisant la lumière bleue “qui serait couplée aux systèmes d’aide à la conduite”. Il se mettrait en marche lorsque le conducteur conduit mal, explique M. Taillard.

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié