/*

Baisse inquiétante de la qualité du sperme des hommes français

Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Baisse inquiétante de la qualité du sperme des hommes français

Mercredi 5 décembre 2012 – Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Human Reproduction, le nombre de spermatozoïdes dans le sperme des hommes français a connu un déclin significatif entre 1989 et 2005. Durant cette longue période l’étude à été menées sur plus de 26 600 hommes et a démontré que le nombre a chuté prés d’un tiers.
A notre connaissance, c’est la première étude concluant à une diminution sévère et générale de la concentration du sperme et de sa morphologie à l’échelle d’un pays entier et sur une période importante“, écrivent les auteurs, dont l’étude est publiée ce mercredi dans la revue européenne Human Reproduction.

Autre découverte : Plus de spermatozoïdes mal-formés

En outre, l’étude montre une modification significative de la morphologie des spermatozoïdes à mesure que le temps passe. De plus en plus de spermatozoïdes avec des formes atypiques seraient apparus au cours de l’observation. Ainsi, il aurait été observé une réduction de 33,4 % de la proportion des spermatozoïdes de forme normale entre 1989 et 2005.
Selon les auteurs « le lien avec l’environnement en particulier doit être déterminé. »
En effet, c’est la toxicité de l’air que nous respirons en ville qui est directement en cause et ça malheureusement, on n’en peut pas y faire grand-chose dans l’immédiat .

Impact sur la fertilité

Il faut se rassurer : cette baisse de la qualité du sperme n’a pas d’impact sur la fertilité. La quantité de spermatozoïdes reste suffisante et la fertilité dépend d’autres facteurs. Le nombre de spermatozoïdes est resté dans la norme pour la fertilité. Une norme fixée par l’Organisation mondiale de la santé et qui est de plus de 15 millions de spermatozoïdes par millilitre.
Néanmoins, si le déclin du sperme continuait, les hommes pourraient éprouver plus de difficultés à concevoir des enfants et on pourrait donc avoir davantage recours à la PMA (Voir article sur la : procréation médicalement assistée) .

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié